studio-théâtre
vitry


Après un parcours étudiant classique et quelques emplois de lecteur à voix basse, Boris Alestchenkoff fait le choix du théâtre il y a une quinzaine d’années. Il se forme au chant, au mime, au jeu masqué, et rencontre le metteur en scène Laurent Rogero qui l’engage dans plusieurs créations, dont un récent Don Quichotte. Auprès de Vincent Rouche et Anne Cornu, il développe un personnage de clown. Il travaille également avec Anne-Laure Liégeois (Embouteillage, La duchesse de Malfi), Bérangère Jeannelle (La Perichole), Valery Deloince (La colonie pénitentiaire). La rencontre avec Olivier Taquin l’ouvre à l’univers du cirque. Il prépare actuellement une adaptation théâtrale du Brigand de Robert Walser, l’un de ses auteurs préférés .

Il écrit du théâtre depuis 2002, six de ses pièces sont publiées aux Éditions Théâtre Ouvert : Je pars deux fois et Jour (2013), L’Incroyable Matin, Théâtre et Amitié et Matins et Déplacements (2015), Le Moment psychologique (2017). Cofondateur de la revue artistique et littéraire avant-poste, il a dans ce cadre publié des traductions de pièces de Gertrude Stein, et réalisé des entretiens avec Jon Fosse, Grand Magasin, Noëlle Renaude, Michael Snow. Plusieurs metteurs en scène ont travaillé sur ses pièces : Alain Françon, Marc Lainé, Adrien Dupuis-Hepner, Linda Dušková, Rodolphe Congé. Deux de ses pièces ont été diffusées sur France Culture. Il est l’un des six auteurs engagés dans l’écriture de Notre Faust, série théâtrale mise en scène par Robert Cantarella en 2017. Depuis 2011, il a assisté Alain Françon pour plusieurs de ses mises en scène (travail sur Tchekhov, Beckett, Bond, Vinaver, Handke, Albee, Botho Strauss). Parallèlement à ses activités artistiques, il mène des activités de recherche et d’enseignement. Son travail théorique, puisant dans son expérience de l’écriture et du plateau, se situe à la croisée de la philosophie et de l'écriture théâtrale contemporaine. Il est l’auteur d’une thèse dans laquelle il travaille à dégager une compréhension de l'idée de scène, d'inspiration pragmatiste (2012). En tant que co-directeur avec Denis Guénoun de la collection « Expériences philosophiques » aux Éditions Les Solitaires Intempestifs, il a édité divers ouvrages de philosophie du théâtre, et a contribué à plusieurs ouvrages collectifs (dont Philosophie de la scène, 2010). Après avoir enseigné à l’Université de Montréal et à Paris-Sorbonne, il anime des ateliers dramaturgiques et d’écriture à l’ENSATT (Lyon), à Sciences-Po (Paris) et à La Manufacture (Lausanne).

Laura Fedida a découvert le théâtre du Fil en 2007 et y a pérégriné jusqu'en 2011. Elle y apprend l'interprétation, le travail d'équipe, la vie ensemble, la mise en scène, la scénographie, l'interprétation et y découvre la marionnette. Elle écrit et met en scène un texte pour dix acteurs. Après un voyage politique de Rome à Athènes en 2013 elle intègre la formation annuelle du Théâtre aux Mains Nues. En 2014
elle intègre l’École Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette, ou elle crée « Cramés » avec l'autrice Thais Beauchard de Luca de l'ENSATT. En 2017 elle lance en partenariat avec le Festival Mondial des Théâtres de Marionnette le projet de triptyque dont elle signera la mise en scène: « Psaumes pour Abdel », co-écrit avec Thais de Beauchard (création 2019).

Depuis la sortie de sa formation au TNS en 2007, elle travaille avec des artistes qu’elle a en grande partie rencontrés à Strasbourg. Elle poursuit une fidèle collaboration avec Alain Mahé, compositeur et musicien, dans les spectacles de François Verret (Sans Retour), Pierre Meunier (du fond des gorges, Sexamor), Ko Muroboshi (Krypt), Daniel Jeanneteau (Les Aveugles). Elle prend part seule au travail de création sonore en danse pour François Verret (Do you Remember, Cabaret), au théâtre avec Guillaume Vincent (Songes et Métamorphoses, la nuit tombe, Gare de l’Est, Petit Klaus), Pauline Ringeade (Assoiffés, Le Schmürz), Mathieu Roy (Drames de Princesses, Amour Conjugal). En novembre 2014, elle présente une pièce chorégraphique et sonore intitulée Reprise, écrite et interprétée avec Yasmine Youcef. Puis, elle poursuit son travail auprès d’une autre chorégraphe sur la pièce Intersection, écrite par Balkis Moutashar. Elle accompagne également un projet musical franco- belge, KO’N’RV. Par ailleurs, elle perfectionne son travail de régisseuse en tournée nationales et internationales des spectacles dont elle fait ou suit la création, mais également en régie d'accueil au Festival In d'Avignon depuis 2007. Après un stage de formation à l’IRCAM en 2009, elle y retourne régulièrement avec des compagnies de théâtre qui souhaitent développer un travail de composition et de spatialisation. Création avec le compositeur Olivier Pasquet du travail musical et sonore des pièces de Guillaume Vincent depuis 2012 et tournée de la pièce de Daniel Jeanneteau. Cela lui permet d’améliorer ses outils de création autant informatiques que techniques. Début 2011, elle crée en collectif, une compagnie basée à Strasbourg, L’Imaginarium. Après la conception de deux pièces de théâtre et de trois performances, elle poursuit l’envie d’inventer en groupe des processus de créations et de réflexions singuliers.

Acteur, il collabore notamment avec la compagnie Balazs Gera sur Le rêve d’un homme ridicule de Dostoïevski, Un Jeune homme pressé de Labiche, Mario et le Magicien d’après Thomas Mann, Enquête sur l’affaire des roses de Laszlo Darvasi, Le Feu d’après Henri Barbusse... En 2000, il adapte et met en scène le roman d’Ariane Gardel, On ne parle jamais de Dieu à la maison, suivi d’autres expériences d’écriture, d’adaptation ou de mise en scène – par exemple, autour du roman de Jean Cocteau, Thomas l’imposteur.
Il croise la route des metteurs en scène Paul Desveaux (Richard II de Shakespeare), Christian Caro (Les Messagers de Caro et Aufray) et plus récemment de Bérangère Vantusso (Kant de Jon Fosse et Les Aveugles de Maurice Maeterlinck, L'Institut Benjamenta d'après le roman de Robert Walser) .

Après l’obtention d’un BTS Design d’espace, elle intègre l’université Paris III-Sorbonne Nouvelle pour une licence d’Études Théâtrales, obtenue en 2010. Elle intègre ensuite l’ENSATT (Lyon). En parallèle à cette formation, elle se forme également à la marionnette à-travers des stages avec Bérangère Vantusso, Einat Landais, Johanny Bert... Elle complète cet apprentissage en suivant la formation mensuelle de l'acteur marionnettiste au Théâtre aux Mains Nues (Paris) en 2016. En tant que scénographe, elle collabore avec divers metteurs en scène: Jeremy Ridel (Casimir et Caroline, 2017), Daniel Monino (Redemption, 2016, Antidote, 2015), Astrid Bayiha (Mamiwata, 2016), ou avec le collectif La Grande Tablée (Les Piliers de la Société, 2015) mais également avec Bérangère Vantusso (Le Cercle de Craie Caucasien, 2017). Elle construit également des marionnettes, notamment avec Einat Landais, avec qui elle collabore pour les spectacles de Bérangère Vantusso (L'Institut Benjamenta, 2016 -avec Carole Allemand), Narguess Majd (PapierTheatre, 2017), Johanny Bert...Elle croise ses deux savoirs faire en réalisant la scénographie et les marionnettes de spectacles avec Alan Payon (Nonna et Escobar, 2014, Choisir l'Ecume 2017) ou Jurate Trimakaite (Kryptis -créé en Lituanie en 2017, La Mort? Je n'y crois pas, 2016). Elle a également été assistante à la mise en scène auprès de Bérangère Vantusso (Le rêve d'Anna, 2014) et de Robert Wilson (Les Nègres, 2014, aux côtés de Charles Chemin) .

Christophe Hanon découvre la marionnette avec Josette Malon, au Havre, en 1992, il se forme ensuite aux Beaux-Arts, élève en art dramatique au Conservatoire de Rouen puis diplômé de l’Ecole Supérieure Nationale des Arts de la Marionnette de Charleville-Mézières en 2002. Dès lors, il collabore en tant que marionnettiste et constructeur avec Jean-Pierre Lescot et Pseudonymo ; il collabore notamment à la mise en scène de Hubloscope textes de Serge Valletti ; Les Voilà Voilà, chansons jeune public chez Naïve ; La  Taknaw Parade (parade de rue à Redon) pour Les Articulteurs. Egalement interprète, musicien, technicien avec la Compagnie Pied en Sol (danse de rue) dans plusieurs créations. Il assure la direction artistique de spectacles de rue en collaboration avec des artistes et le chantier d’insertion Lever le Rideau à Redon. Il anime aussi des stages autour de techniques de jeu et de manipulation de marionnettes. Il est interprète et metteur en scène dans plusieurs spectacles et projets de Drolatic Industry (marionnettes) qu‘il co-fonde à la sortie de l’ESNAM. Il compose toujours les musiques de ses spectacles. Aujourd’hui, c ‘est avec Rouge Bombyx, son nouveau projet de compagnie, qu’il créé des petites formes et donne des stages en marionnettes portées et théâtre d’objets. Il collabore aux projets de trois-six-trente depuis 2011.

Après des études littéraires et une formation d'éclairagiste au TNS, Florent Jacob a travaillé sur de nombreux projets de théâtre, mis en scène notamment par Gildas Milin, Bernard Bloch, Thibault Wenger, Pauline Ringeade, Yves Beausnene, Pierre-Yves Chapalain.
Il travaille régulièrement avec Rémy Barché (Le mariage de Figaro, La truite, Le traitement, Les petites michus) et Baptiste Amann (Des territoires II et III).
Il conçoit également des spectacles avec le plasticien Theo Mercier (Radio Vinci Park, La fille du collectionneur).
Alors Carcasse est sa première collaboration avec Bérangère Vantusso.

Formée à l'école du Théâtre National de Strasbourg, elle travaille sous la direction de Luca Ronconi, Georges Aperghis, Etienne Pommeret, Emmanuel Demarcy Mota, Anne Laure Liégeois, Paul Golub, Georges Werler, Guy Pierre Couleau, Guillaume Delaveau... Elle a écrit et fabriqué deux livres Objets aux éditions Poiein, ROGER et BouBoule.
Au cinéma, elle travaille avec Claire Simon, René Feret, Dominique Cabrera. Soudain Marie S Court métrage réalisé par François Rabette récompensé aux rencontres cinématographiques de Digne les Bains (avril 2018) .

Sophie Rodrigues a été formée à l’Ecole nationale Strasbourg de 1996 à 1999. Elle a également suivi une formation de masque et clown avec Marc Proux, de chant avec Françoise Rondeleux et a notamment suivi les ateliers de Grégoire Gesterman, Jacques Nichet, Françoise Lebrun et Jean-Claude Bolle-Redat .

Après une pratique amateur de la danse contemporaine à Angers, Philippe Rodriguez-Jorda découvre les marionnettes avec Florence Thiébaut qui dirige le Théâtre de Mathieu, en compagnie de qui il travaille pendant deux saisons, puis il entre à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette (ESNAM) dont il sort diplômé en 1990. Il participe ensuite à de nombreuses créations tant en France qu’à l’étranger notamment avec le Théâtre DRAK, Eloi Recoing, Philippe Adrien, Sylvain Maurice, Bérangère Vantusso...
Il entretient par ailleurs une relation artistique suivie avec Sylvie Baillon (Amiens), Basil Twist (New-York), Roman Paska (New-York, Charleville, Wien), François Lazaro (Paris) dans Les portes du regard, L’effacement, Paroles Mortes, Entre chien et loup, Le rêve de votre vie, et participe également comme interprète et/ou assistant, à des projets mêlant la marionnette à d’autres arts de la scène (opéra, danse contemporaine, musique improvisée).
Responsable à mi-temps de la coordination pédagogique à l’ESNAM pour les promotions IV (1996/1999) et V (1999/2002), il y fait des vacations comme chargé de cours d’animation de marionnettes. Il a obtenu un CAP de cuisinier en 2003, il entreprend sous son nom différents projets mêlant le théâtre de marionnettes à la cuisine.